Contexte

139 organisations nationales de la société civile en RDC ont lancé un appel à un cessez-le-feu complet, afin de permettre de concentrer l’attention sur la question de COVID-19. Cette action a été soutenue par Oxfam RDC quoique non signataire. Le Centre de Promotion Socio-Sanitaire (CEPROSSAN Asbl)  est point focal de ce plaidoyer pour la ville de Butembo.

La République Démocratique du Congo est parmi les pays touchés par la pandémie de Coronavirus. Selon les données épidémiologiques du Ministère de la santé du 25 avril 2020, la RDC enregistre dans l’ensemble 442 cas dont 429 cas dans la ville de Kinshasa, 5 cas dans la province du Nord-Kivu, 4 cas dans la province du Sud-Kivu, 2 cas dans la province de l’Ituri, 1 cas dans la province de Kwilu et 1 cas dans la province du Haut- Katanga. 50 malades ont été guéris et 28 sont décédés. Le taux de létalité est de 6,33%1. L’équipe technique de Riposte en collaboration avec l’Institut National de Recherches Biologiques-INRB avec l’appui des partenaires bilatéraux et multilatéraux, a augmenté ses capacités à réaliser des tests massifs.

Selon les données du Secrétariat national de la riposte, corroborées par l’OMS plus de 1000 cas suspects ont été testés du 13 au 19 avril dont, un test massif a été effectué sur un échantillon de 206 personnes en date du 15 avril. Le Secrétariat technique de la riposte a prévenu le mercredi 15 avril 2020 du risque de voir la pandémie atteindre le pic de croissance au cours du mois de Mai prochain si les mesures préventives ne sont pas respectées et que les hôpitaux pourraient être débordés ; ce qui rendrait difficile la prise en charge des malades.

Sur le terrain, la réponse contre cette pandémie pourra faire face à plusieurs défis notamment d’ordre technique, financier et sécuritaire comme ce fut le cas avec la riposte contre la Maladie à Virus Ebola. La situation risque d’être plus grave dans les provinces déclarées fragiles à cause des conflits armés et des tensions ethniques. C’est le cas des provinces de l’Ituri, du Nord et du Sud-Kivu qui ont des cas confirmés de COVID-19. Les activités des groupes armés dans certaines zones de ces provinces risquent de préjudicier l’efficacité de la réponse contre cette pandémie en empêchant l’accès aux équipes de réponse, aux acteurs humanitaires et les moyens de la réponse aux populations au sein de la communauté locale.

La RDC demeure confrontée à une crise humanitaire aiguë à cause des conflits et de l’insécurité qui touchent certaines provinces. Le plan de réponse humanitaire 2020 estime à plus de 5 millions de personnes déplacées internes et 15,6 millions, le nombre de personnes dans les besoins4. La crise de COVID-19 vient s’ajouter aux crises humanitaires et sécuritaires déjà préoccupantes.

Un cessez-le-feu global?

La RDC fait face à une crise multiforme. En effet, les conflits armés, les tensions ethniques dans certaines provinces de l’Est du pays, la crise humanitaire due à l’insécurité et à la pauvreté et l’instabilité économique continuent sans cesse à fragiliser l’Etat. La gestion de ces crises semble tellement complexe pour le gouvernement et les acteurs humanitaires qu’elle aura de l’impact sur l’efficacité de la réponse contre la pandémie de Coronavirus à travers le pays. Un cessez-le-feu global est primordial pendant la période de la pandémie de Coronavirus pour rendre facile la tâche des équipes de la riposte et faciliter l’accès à l’aide et à la réponse humanitaire aux personnes vulnérables. Les conflits constituent un facteur de contamination en masse et de propagation de la pandémie étant donné qu’ils provoquent un afflux de populations. La coopération et l’engagement des belligérants pour un cessez-le-feu global sont les seuls moyens de stopper ce flux de population et de contrôler leurs mouvements pendant la réponse contre la pandémie de Coronavirus.

Le gouvernement de la République Démocratique du Congo peut faciliter la mise en place d’un cessez-le-feu global sur l’ensemble du territoire national. Une fois effectif, les ressources financières et matérielles destinées à l’effort de guerre, pourront être réorientées vers le renforcement de la réponse contre le COVID-19, étant donné que le pays fait face à un besoin croissant des moyens financiers pour financer son plan national de riposte et du Fonds National de Solidarité contre le Covid-19.

Pour lire le document complet du Cessez-le-feu et découvrir les ONG signataires, cliquez sur le bouton « Télécharger » ci-dessous :

Télécharger